La compagnie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Passion Simple d’Annie Ernaux

logo_signatureConstat à l’amiable
No
n que la période soit d’une folle gaîté mais nous ne sommes pas dupes, l’acharnement médiatique à nous la montrer triste et dépressive est suspect et cela excite notre curiosité. Nos projets artistiques et pédagogiques partent d’un constat : la société représentée par ceux qui sont aux commandes, des grands aux petits courants médiatiques, des grands aux petits politiques, de la grande à la petite économie, bref, par ceux qui écrivent le roman social où sont priés de prendre place les citoyens, est dé – pri – mant

L’Effet Fin de Siècle – Séquence La Patrouille de France.

Un jeu d’enfant
Alors par jeu, dans nos ateliers de recherche et de formation comme dans notre processus de création, nous aimons pousser la grisaille jusqu’à la noirceur, jusqu’à l’absurde, nous fouillons avec jubilation dans les tréfonds de la poubelle médiatique,
imaginant les scénarios catastrophes que les discours officiels n’osent pas encore servir. C’est notre préalable et nous nous y adonnons avec joie. Sur ce terreau fertile, nous faisons germer les moments poétiques, insolites et burlesques, absurdes et tragiques, et aussi colorés d’espoir, qui font la matière de notre travail.

Nous écrivons, mais pour parler du monde, nous aimons aussi beaucoup puiser à la source de ceux qui nous éclairent sur ce qu’il peut devenir et ce que nous deviendrons. Souvent ils vivent encore mais peuvent aussi nous parler du lointain des siècles passés. De Sénèque à Laurent Gaudé, d’Aristophane à Annie Ernaux, ils ont un point commun : ils sont vivants.

Créer c’est résister, résister c’est créer

Le Théâtre permet de nous ouvrir au monde, de le questionner, de l’observer avec humour, regard critique, et gravité aussi. C’est un moyen solide pour avoir prise sur lui et de ne pas le considérer comme un ennemi ou une agression. C’est avant tout un positionnement de citoyen qui est convoqué.